Le soutien à l’allaitement maternel : avis d’experts

Les réponses à vos questions dans le cadre d’Avis d’experts en octobre 2020

Le soutien à l’allaitement maternel

Véronique Langlet, infirmière à la maternité Charles-Nicolle

Véronique Langlet, infirmière à la maternité Charles-Nicolle du CHU de Rouen a répondu à vos questions

 

Le lait maternel : une ressource naturelle et renouvelable

L’allaitement est une suite logique à la grossesse et favorise la parentalité. Le lait maternel apporte des substances qui sont nutritionnellement parfaites pour les bébés et le développement de leurs défenses immunitaires. Il est tout particulièrement bénéfique pour les bébés prématurés. Au delà de ses bénéfices nutritionnels, le lait maternel est l’une des ressources naturelles et renouvelables les plus précieuses de la planète.

Le soutien à l’allaitement

L’ensemble de l’équipe du pôle femme, mère et enfant du CHU de Rouen est attachée à l’une de ses missions : le soutien à l’allaitement. Il faut être capable de s’adapter et de répondre aux souhaits et aux besoins de chaque famille ce qui nécessite beaucoup d’observation et une grande écoute. Afin d’accompagner et de prolonger l’allaitement aussi longtemps que possible, le travail en réseau avec les sages-femmes à domicile, le personnel des centres de protection maternelle et infantile (PMI) et les médecins traitants est nécessaire.

Nous sommes heureux de constater que ce dispositif porte ses fruits puisque le pourcentage de mamans qui allaitent leurs bébés à la sortie du séjour dans nos services ne cessent de progresser :

  • En 2011 : 62.47 %
  • En 2018 : 65.6 %
  • En 2019 : 69 %

Notre experte vous répond

[Question] Bonjour, Plusieurs questions :

  • Comment être sûre qu’on va y arriver ?
  • Comment savoir si on en a envie ?
  • Premier bébé, quels sont les choses à savoir ? À prévoir ?
  • Est-ce qu’il y a des douleurs à gérer avec l’allaitement ?
  • Est-ce qu’il peut y avoir des contre-indications ?

[Réponse]

  • L’allaitement est un geste naturel qui fonctionne chez toutes les femmes (sauf très rare exception). Il nécessite parfois d’être bien conseillé pour que le duo maman bébé fonctionne bien.
  • Pour savoir si on a envie d’allaiter il faut bien s’informer en amont et si on est encore hésitant essayer, il n’y a rien à perdre sauf que le bébé profite du colostrum les premiers jours, on peut arrêter à tout moment.
  • Pour un premier allaitement il y a beaucoup de conseils qui peuvent vous aider, il est recommandé de faire une préparation à la naissance sur le thème de l’allaitement.
  • L’allaitement peut engendrer des douleurs mais avec un bon encadrement (des bons conseils) notamment dans le repositionnement du bébé, on soulage vite ces douleurs.
  • Certains traitements rares contrindiquent l’allaitement et certaines chirurgies mammaires peuvent compromettre l’éjection du lait.

[Question]
Bonjour, Enceinte de 31+3 SA, je me questionne sur le lancement d’un allaitement après une césarienne.
Est-ce beaucoup plus compliqué à mettre en place ? À quelles difficultés doit-on se préparer et comment ?
Merci à vous. Bien cordialement
[Réponse]
L’allaitement après une césarienne n’est pas beaucoup plus compliqué qu’après un accouchement par voie basse. Il faut surtout mettre le bébé le plus rapidement possible en contact avec le sein même si la maman est fatiguée. Bien préciser aux personnes qui vont vous prendre en charge dès le début de la césarienne de votre souhait d’allaiter. La montée de lait (qui généralement se fait le troisième jour) peut être un peu retardée, mais elle arrivera surtout si le bébé va très très souvent aux seins.

[Question]
Bonjour, J’ai une petite fille de 3 mois en allaitement exclusif depuis sa naissance. J’ai accouché à la clinique Mathilde. Depuis qu’elle a 7 semaines, elle espace ses tétées de nuit (20h – 5h). La journée ce sont des tétées toutes les 2 ou 3h. Mon corps continue à avoir des montées de lait la nuit et c’est douloureux. La pédiatre, les puéricultrices de la PMI m’ont dit qu’en peu de temps, mon corps allait se caler sur ce rythme. Mais un mois plus tard ça n’est toujours pas le cas. Depuis 2 jours je viens réveiller mon bébé pour lui donner à manger à 7 ou 8h quand j’arrive à tenir jusque-là (parfois j’y vais à 5h quand c’est trop pénible) alors qu’elle n’est pas en demande. On m’a conseillé de faire du tire lait la nuit, mais ça ne m’enchante pas, il faut dire.
Je reprends le travail le 23 novembre et je ne sais pas quand il faut commencer à remplacer les tétées par du lait en poudre. Je n’ai pas envie, ni les conditions pratiques, de tirer mon lait au bureau. Quand je vois la difficulté avec les tétées de nuit, je me pose des questions et ça m’inquiète. J’ai aussi l’impression qu’on est bien suivies pour le démarrage de l’allaitement, ce qui est bien sûr indispensable, mais moins sur la fin.
Je vous remercie pour vos réponses et vous souhaite une agréable journée.
[Réponse]
En ce qui concerne le problème des douleurs de montées de lait la nuit. Je vous conseille de donner le sein à votre bébé vers 23h même si cela la réveille puis vers 5h comme vous le faite. Si votre bébé boit bien aux seins, profitez de lui donner votre lait un maximum (c’est tellement bon pour elle et pour vous). Environ 10 jours avant la reprise du travail vous allez tenter de lui donner 1 biberon de lait artificiel dans la journée puis 2 le deuxième jour… Votre production de lait va diminuer progressivement. Votre bébé va être coopérant aux biberons ou pas ; ce qui n’est pas toujours facile à vivre pour la maman ! Mais on trouve toujours des solutions. Vous avez raison c’est agréable d’être encadré par des gens compétents pour accompagner l’allaitement même après la sortie de maternité.